What you think about French people

In a previous post I asked what clichés about French people you thought were true. People voted, here are the results:

Clichés

Advertisements

Slowly Becoming Canadian The Podcast – Episode 2

Urban planning in Canada

Urban planner @tealuke and I talk about cities in Canada:
Why there isn’t more of them, how there design influences people, the differences with French cities…


We also play “Real place in Canada or something I just made up”. Find out if Nottawa, ON and Climax, SK are real Canadian towns!

 

Joyeux 14 juillet !!

FUN FACT: Bastille Day isn’t a thing. It’s just called “le 14 juillet”.

When you think about it, it’s a funny thing to do to rename another country’s national day. It’d be like calling the 4th of July “Liberty Bell Day” or Cinco de Mayo “Puebla Dia”.

I still like it when people wish me a Happy Bastille Day, though. It’s great to see some people know it’s France’s national day!

Pardon my French(ness)

French clichés

Believe it or not, this is not how I dress everyday. Actually, I never dress like that and I can assure you almost nobody in France wears a béret anymore. Nor do people eat croissants every morning, or walk around in designers clothes, and shower with Chanel N°5. I know, this is very disappointing.

Some clichés about French people are true though. If you visit France for a couple weeks, chances are you will encounter a demonstration or won’t be able to take the train because people are on strike. A lot of people do have five weeks of holiday per year – but you need those day-offs to recover from all those strikes. And if you are ever in need of a lighter just ask anybody around you as one in three French people smokes. Which might explain why we tend to be grumpy.

I often  refer to clichés about Canada and Canadian people when I write this blog, so to balance the scale, respond to this poll, share this post so many people do it too and let’s see what people think about people from France. I will write a description of a typical French person according to the comments. And maybe try to defend my fellow citizens a little.

 

Now that you are done, check if you speak Nova Scotian here

 

 

Five years

Five years. Today is the fifth anniversary of my moving to Canada. When I got on that plane to Halifax, I had no idea what would happen and how long I would stay in Canada.

In my family, when people move abroad it usually lasts for 4 and a half years. My mom lived for 4 and a half years in Pittsburgh when she was a kid, and I lived for 4 and a half years in Tunisia as a child. So 6 months ago, I was kind of waiting for a supernatural force to send me back to France. But I’m still here, and I’m still enjoying it. Probably because in the past five years I’ve done things I had never done before (not that you can’t do them somewhere else):

I perfected my English, tried waterskiing, “went to the cottage”, had real Fish & Chips, defended France even when I knew it didn’t make sense, drank Jägermeister, went to an NHL game, barbequed on Christmas day, ate lobster, ran a marathon, took a ferry to go home from work, ate 32 chicken wings for dinner, visited awesome cities (Quebec, Montreal, Ottawa), went skiing in Maine,  drove 15 hours straight in the same country, got addicted to Caesars, watched an entire game of curling, missed my family and friends like never before, finally bought a 42-inch tv, almost got eaten alive by mosquitoes, cut down my own Christmas tree, grew a mustache, went whale watching, became a permanent resident of Canada, got a great job and got married.

 

The past 5 years have been so important not only because I’ve been doing what I’ve always wanted: living abroad – more specifically in North America – but also because they marked the transition between 25-ish to 30-year old-ish-me. And I am really happy it happened here.

 

___________________________________________________

Cinq ans. Aujourd’hui est le cinquième anniversaire de mon déménagement au Canada. Quand je suis monté dans l’avion pour Halifax, je n’avais aucune idée de ce qui allait se passer et de combien de temps je resterais au Canada.

Dans ma famille, quand on déménage à l’étranger ça dure en général  4 ans et demi. Ma mère a habité pendant 4 ans et demi à Pittsburgh quand elle était enfant et j’ai habité pendant 4 ans et demi en Tunisie avec mes parents quand j’étais petit. Alors il y a six mois, je m’attendais un peu à ce qu’un phénomène surnaturel me renvoie en France. Mais je suis toujours ici et je m’y plais toujours. Probablement parce que pendant ces cinq dernières années j’ai fait beaucoup de choses que je n’avais jamais faites avant (non pas que ce soit impossible de les faire ailleurs):

J’ai perfectionné mon anglais, essayé le ski nautique, suis “allé au cottage” (ou “au chalet” pour les canadiens francophones), mangé un vrai Fish & Chips, défendu la France même quand je savais que j’avais tort, bu du Jägermeister, suis allé à un match de NHL, fait un barbecue le jour de Noël, mangé du homard, couru un marathon, pris le bateau pour rentrer du travail, mangé 32 ailes de poulet pour le dîner, visité des super villes (Québec, Montréal, Ottawa), fait du ski dans le Maine, conduit 15 heures d’affilé dans le même pays, suis devenu accro aux Caesars, regardé un match de curling en entier, ma famille et mes amis m’ont manqué comme jamais, je me suis finalement acheté la télé que je voulais, me suis presque fait dévorer vivant par des moustiques, coupé moi-même mon sapin de Noël, porté la moustache, vu des baleines, obtenu un travail que j’adore, suis devenu résident permanent du Canada et me suis marié.

 

Les cinq dernières années ont été si importantes non-seulement parce je fais ce que j’ai toujours voulu faire: habiter à l’étranger – plus particulièrement en Amérique du Nord – mais aussi parce qu’elles ont marqué la transition entre mon moi de 25 ans et moi moi de 30 ans (à peu de chose près). Et je suis vraiment content qu’elle se soit faite ici.

 

 

 

Going home

Slowly becoming Canadian means I spend a lot of time – actually all my time – in Canada. Fortunately, I get to go back home once in a while. Here are some things you should keep in mind if you are ever in this situation:

1- Make a list of all the people you want to see. Done? Now, accept the fact that you won’t get to see all of them. Unless you have plenty of money or don’t have a job, you never go home for a long enough period to see everybody. That’s just the way it is.

2- Get ready to eat and drink a lot more than usual. This is especially true if, like me, you’re going to France. France has one of the best cuisines in the world and great food combined with cheap alcohol is a recipe for a few hangovers and a few extra pounds around your waist. That’s OK though. When you’re at the gym back in Canada, losing the extra pounds, you will miss the food and the drinks, so enjoy!

3- Make sure not to refer too much to the country where you currently reside. When you visit your home country , you may find yourself wanting to compare both countries and talk constantly about your new home to your family and friends. However, remember when your friends went on a trip to a faraway country and showed you tons of pictures and told you everything about its culture? You don’t want to be that person.

4- Spend time with your family and friends. This trip is about seeing people you miss the rest of the time. You’ll have plenty of time to rest when you go back to where you live now.

5- You might get very sad when it’s time to leave. Keep in mind that it was your choice to move abroad and that you’re going back to your “new home” that you love. To cope, start planning your next trip home or figuring out a way to convince people to come visit you.

France will always be home for me. I am Slowly Becoming Canadian, but when I go home it doesn’t take me more than 30 seconds to be completely French again.
France, me voilà !

 

____________________________________________________________________

Devenir lentement canadien veut dire que je passe beaucoup de temps – tout mon temps en fait – au Canada. Heureusement, j’arrive à rentrer en France de temps en temps. Voici quelques conseils que vous devriez garder à l’esprit si jamais vous vous retrouvez dans la même situation :

1- Faites une liste de toutes les personnes que vous voulez voir. C’est fait ? Maintenant, faites-vous à l’idée que vous ne pourrez pas tous les voir. Sauf si vous avez beaucoup d’argent ou que vous ne travaillez pas, votre voyage n’est jamais assez long pour voir tout le monde. C’est comme ça.

2- Préparez-vous à manger et boire bien plus que d’habitude, surtout si comme moi vous aller en France. La France a une des meilleures cuisines du monde et la bonne nourriture combinée à l’alcool à bas prix est une bonne recette pour pas mal de gueules de bois et quelques kilos en plus. Mais ce n’est pas grave. Quand vous serez de retour au Canada et à la salle de sport en train de perdre les kilos pris, la bonne nourriture et le bon vin vous manqueront, alors profitez-en !

3- Assurez-vous de ne pas trop parler du pays dans lequel vous vivez. Quand vous allez en vacances dans votre pays d’origine, vous avez tendance à comparer les deux pays et à en parler constamment  à vos amis et votre famille. Mais, vous vous souvenez quand vos amis sont partis en vacances dans un pays lointain, qu’ils vous ont fait regarder des tonnes de photos et vous ont tout expliqué au sujet de sa culture ? Ne soyez pas cette personne.

4- Passez du temps avec votre famille et vos amis. Vous faîtes ce voyage pour voir les gens qui vous manquent le reste du temps. Vous aurez tout le temps de vous reposer quand vous serez de retour où vous vivez maintenant.

5- Vous serez probablement très triste quand il sera temps de rentrer. Rappelez-vous que c’était votre choix de vivre à l’étranger et que vous retournez à votre « nouveau chez vous » que vous aimez. Pour vous remonter le moral, commencez à planifier votre prochain retour ou à trouver un moyen de convaincre vos amis et votre famille de vous rendre visite.

 

La France sera toujours mon « chez moi ». Je deviens lentement canadien, mais quand je rentre en France ça ne me prend jamais plus de 30 secondes pour redevenir complètement français.

France, me voilà !

Second language, second personality

“To possess another language is to possess another soul”. When I first heard this saying I thought it was a little intense, and then, I thought about how I felt when I first came to Canada. Back then, I considered myself bilingual. I was wrong. I had a solid academic knowledge of the English language, but that ended up not being enough for everyday life in Nova Scotia.

During my first few months in Canada, I didn’t say much. It wasn’t because I had nothing to say, I had plenty to say, but I didn’t always know how to say it or by the time I figured out how to say it, it was too late. So I became “a quiet guy”, something I was not back in France where I was able to say whatever I wanted, whenever I wanted.  Humour is always the hardest part of a language, so I also probably seemed very serious and not very funny; however, whenever I was with Francophones I would go back to my old self and talk a lot more. Luckily, I became friends with nice people who saw beyond the language barrier and who understood that group conversations could sometimes be overwhelming. Beer and wine being available when I socialized with them probably helped too.

Now, my English has improved a lot and I rarely misunderstand something or can’t express what I want to say. Although, some days when I’m tired or just spent an entire day speaking French, I can’t speak as fast as I think. At least people who know me very well are used to the way I speak and they still understand me even when my French accent gets suddenly stronger or  I’m using a word that for some reason I am never able to pronounce the right way. The melody of the English language is different from the French one. One of the reasons for that is that the length of sounds is important in English and sometimes English teachers in France don’t emphasize this point enough. A lot of French people pronounce “beach” as “bitch” for example (it’s not hard to imagine the consequences). Speaking with my friends I once pronounced “nipples» as “neeples” (don’t worry, I was referring to mine being sore after a long race); it’s probably still one of the funniest things I’ve said to them.

Aside from the communication part, acquiring a new language changes the way you think. French is a very descriptive language that uses long sentences, whereas English is more image-based and has a bigger vocabulary. Even if it doesn’t seem that important, these differences affect how someone structures their thoughts and expresses themself. For example, I find myself using my hands when speaking French a lot more than I used to. Especially when I’m talking about something that there is a word for in English and not in French (which happens very rarely the other way around) – while before I would just naturally describe it. Maybe that “gestural crutch” compensates for the fact that I think in a less descriptive way now, or maybe it is just my Latin roots coming out.

After five years in Anglophone Canada, my level of proficiency in my second language still influences how I interact with people. I still have to pay a lot more attention to an English conversation and when I meet people for the first time they can still tell I am not a native speaker. This can discourage a few people to keep the conversation going. Maybe I’m just not that interesting… On the other hand, people who do know me sometimes forget English isn’t my first language and speak very fast or all at once and I have to really focus. At least, when I say something weird or that doesn’t make sense I can still pretend it is because I am still learning English.

 

Canada is bilingual and I’m doing my best to be bilingual as well. ____________________________________________________________________

 

« Avoir une autre langue, c’est avoir une autre âme. » La première fois que j’ai entendu cette expression, j’ai pensé que c’était un peu exagéré, et puis, j’ai repensé à quand je suis arrivé au Canada. À ce moment-là, je me considérais comme bilingue. Je me trompais. J’avais une solide connaissance académique de l’anglais qui s’est montrée insuffisante pour la vie de tous les jours en Nouvelle-Écosse.

Pendant mes premiers mois au Canada, je ne parlais pas beaucoup. Ce n’était pas parce que je n’avais rien à dire, j’avais plein de choses à dire, mais je ne savais pas toujours comment le dire, ou le temps de trouver comment le dire, il était trop tard. Je suis donc devenu « un mec qui parle peu », ce que je n’étais vraiment pas quand j’étais en France où je pouvais dire ce que je voulais, quand je voulais. L’humour est toujours la chose la plus difficile avec une langue étrangère, donc j’avais aussi sûrement l’air sérieux et pas très marrant; mais, dès que j’étais avec des francophones je redevenais mon « vrai » moi et parlais beaucoup plus. Heureusement, je me suis fait des amis qui ont su voir au-delà de la barrière de la langue et qui ont compris que les conversations de groupes pouvaient parfois être difficiles. La présence de bière et de vin pendant les rencontres a probablement rendu les choses plus faciles.

Depuis, mon anglais s’est beaucoup amélioré et j’ai rarement du mal à comprendre quelqu’un ou à dire ce que je veux dire. Même si, certains jours quand je suis fatigué ou que j’ai passé la journée à parler français, je n’arrive pas à parler aussi vite que je pense. Au moins, les gens qui me connaissent bien ont l’habitude de ma façon de parler et me comprennent même si mon accent français réapparaît subitement ou si j’utilise un mot que je n’arrive jamais à prononcer correctement. La mélodie de l’anglais est différente de celle du français. Une des raisons est que la longueur des sons est importante en anglais et parfois les professeurs d’anglais en France ne l’expliquent pas assez. Beaucoup de français, par exemple, prononcent le mot « beach » (= la plage) comme le mot « bitch » (= une femme qui ne se comporte pas vraiment comme une dame…) et ce n’est pas difficile d’imaginer les conséquences d’une telle erreur. Une fois, en parlant à mes amis, j’ai prononcé le mot « nipples » (= tétons, rassurez-vous je parlais seulement des miens qui étaient douloureux après un semi-marathon) comme « niiiples » (qui ne veut absolument rien dire); c’est probablement encore aujourd’hui la chose la plus drôle que je leur ai dite.

En plus de la façon de communiquer, acquérir une nouvelle langue change également la façon de penser. Le français est une langue très descriptive qui utilise de longues phrases, tandis que l’anglais est plus imagé et a un vocabulaire plus grand. Même si ça n’a pas l’air très important, ces différences affectent la façon de penser et de s’exprimer. Par exemple, j’ai remarqué que quand je parle français j’utilise plus souvent mes mains qu’avant. Surtout quand je parle de quelque chose pour laquelle il existe un mot en anglais et pas en français (ce qui arrive beaucoup plus souvent dans ce sens que dans l’autre) – alors qu’avant je l’aurais décrit plus facilement. Peut-être que cette « béquille gestuelle » compense le fait que j’élabore maintenant mes pensées d’une façon un peu moins descriptive, ou peut-être que ce sont juste mes origines latines qui réapparaissent.

Après cinq ans passés au Canada anglophone, mes compétences en anglais ont toujours une influence sur mes interactions avec les gens d’ici. Je dois toujours prêter plus attention aux conversations en anglais et les gens que je rencontre peuvent toujours deviner que ma langue maternelle n’est pas l’anglais, ce qui parfois décourage les gens de continuer la conversation. Ou peut-être que c’est juste que je ne suis pas vraiment intéressant… D’un autre côté, les gens qui me connaissant bien oublient parfois que l’anglais est une seconde langue pour moi et parlent trop vite ou tous en même temps et je dois vraiment me concentrer pour suivre. Au moins, quand je dis quelque chose de bizarre ou qui n’a aucun sens je peux toujours dire que c’est dû à un problème de langue.

 

Le Canada est bilingue et je fais de mon mieux pour l’être aussi.