Slowly Becoming Canadian – Episode 09 – Copacanada

Copacanada

Friend of the podcast, Damian Daniels, is back and this time we’re talking about the Olympics that just happened in Rio. How many hours of sports is it humanly possible to watch per day? How did Canada and France do? Is team dressage a real thing? How do you pronounce Fu Yuanhui? Can Damian do a good Ryan Lochte? Do I laugh every couple minutes? Listen to this episode and find out!

Available on iTunes:
https://itunes.apple.com/ca/podcast/slowly-becoming-canadian-episode/id1044900233?i=1000374641073&l=fr&mt=2

Advertisements

Hockey fever? What is happening to me?!

Something weird just happened to me. I just caught myself thinking “Cool, men’s hockey is starting soon!” That might not sound so weird to you, but if you know me, you know I don’t normally care about hockey. If you don’t know me, you just need to remember I am from France. Hockey is as popular in France as sand surfing is in Canada.

Now, I can see only two reasons for me getting excited for “Ice Hockey” as we call it back home:

1. It’s the Olympics.  I watch all the random sports I don’t care about for 4 years and get super excited. I’ll watch anything during the Olympics. I could watch an Olympic snowball fight. I could watch a snow angel competition. I even watch curling sometimes…

2. I actually AM becoming Canadian. When I first got here it didn’t take me too long to realize how important hockey is in the Canadian culture. It is kind of what soccer is for Brazil, or Justin Bieber for teenage girls. So for my first few months in Canada I never dared to tell people that I didn’t really enjoy hockey. I memorized a few names, learned a few terms and nodded a lot when people were talking about a game or a player. Then I started to watch hockey once a year, just the playoffs and mostly because it’s a good excuse to drink beer and yell at my TV. And here I am, waiting for the men’s hockey competition to start, ready to cheer for Team Canada.

It took me almost five years to get excited about hockey. Well, this blog is called SLOWLY becoming Canadian for a reason.

__________________________________________________________

La fièvre du hockey ? Mais qu’est-ce qui m’arrive?!

Il vient de m’arriver quelque chose de bizarre. Je viens juste de me surprendre à penser « Cool, le hockey va bientôt commencer !» Ça ne vous semble peut-être pas bizarre, mais si vous me connaissez, vous savez que je ne m’intéresse vraiment pas au hockey. Si vous ne me connaissez pas, rappelez-vous simplement que je viens de France. Le hockey est aussi populaire en France que le surf sur sable au Canada.

Je ne vois vraiment que deux raisons à mon enthousiasme pour le « hockey sur glace », comme on l’appelle en France (ici, les gens ne s’embêtent pas à préciser vu que c’est le seul qui compte).

1. On est en plein JO. Je regarde tous les sports dont je n’ai rien à faire pendant 4 ans et je suis à fond. Je pourrais regarder n’importe quoi pendant les JO. Je pourrais regarder une bataille de boule de neige olympique. Je pourrais regarder une compétion de roulage dans la neige. Il m’arrive même de regarder le curling…

2. Je deviens VRAIMENT canadien. Quand je suis arrivé ici, ça ne m’a pas pris longtemps pour comprendre à quel point le hockey est important dans la culture canadienne. Il est partout. C’est un peu comme pour le foot au Brésil, ou Justin Bieber pour les adolescentes. Donc pendant mes premiers mois au Canada, je n’osais pas dire aux gens que je n’aimais pas vraiment le hockey. J’ai mémorisé quelques noms, appris quelques termes techniques et beaucoup hoché la tête quand les gens parlaient d’un match ou d’un joueur. Et puis, j’ai commencé à regarder le hockey une fois par an, juste pendant les playoffs et surtout parce que c’est une bonne excuse pour boire de la bière et crier après ma télé. Et me voilà maintenant à attendre avec hâte le début du tournoi olympique, prêt à supporter l’équipe du Canada.

Ça m’a pris presque cinq ans pour apprécier le hockey. Après tout, ce blog s’appelle LENTEMENT Devenir Canadien pour une bonne raison.